Publié le 07 Dec 2018, à 13:57

Youssef Chahed : "La LF 2019 ne comporte pas de nouvelles impositions pour les entreprises et les personnes physiques"

Le gouvernement a entamé la mise en place des réformes, malgré l’absence de soutien politique, a déclaré, vendredi, à Sousse, le chef du gouvernement, Youssef Chahed.

Ouvrant les 33èmes journées de l’entreprise, qui se tiennent les 7 et 8 décembre, a affirmé que «cette démarche a permis de réduire le niveau d’inflation de 7,4% en 2016, à 4,9% en 2018, malgré le changement de plusieurs facteurs dont la hausse des prix des hydrocarbures. Le taux de croissance a aussi, cru de 0,6% en 2016, à 2,8% en 2018 (deuxième trimestre)».

Il a réitéré le souci de maîtriser le déficit budgétaire, rappelant que la loi de Finances 2019 cible l’abaissement du déficit du budget de l’Etat à 3,9%, à la fin de l’année prochaine.

«La LF 2019 ne comporte pas de nouvelles impositions pour les entreprises et les personnes physiques mais prévoit plutôt des mesures d’encouragement à la création d’entreprises et d’emplois, dont l’exonération des sociétés nouvellement créées ».

Il a indiqué avoir donné ses instructions pour la préparation d’un projet de loi visant à lever tous les obstacles générés par le système juridique en place, afin d’améliorer le climat des affaires. Ce projet sera soumis à l’ARP au cours du premier trimestre 2019.

Le chef du gouvernement a aussi, évoqué l’élaboration en cours du nouveau code des changes et d’un projet de loi sur les délits de change.

« Le décaching démarrera en 2019. La transformation digitale est l’une de nos priorités en 2019, elle facilite la vie des gens, permet de combattre la corruption et d'améliorer du recouvrement fiscal ».

Chahed a indiqué que l’impulsion de la croissance et de l’investissement passe par la mise en œuvre du programme des entreprises solidaires, permettant aux demandeurs d’emploi dans les régions intérieures et aux catégories défavorisées de créer des entreprises.

Il a, encore, assuré que la loi sur le statut de l'auto-entrepreneur comptera parmi les priorités du gouvernement pour passer du travail informel au travail organisé.

Le chef du gouvernement a estimé que le gouvernement actuel et les gouvernements précédents n’ont pas bénéficié d’un soutien politique réel pour ce qui est du dossier des réformes dans un contexte politique ou règnent populisme et accusations de traîtrise.