Publié le 17 Jan 2019, à 18:08

L'Institut Tunisien des Etudes Stratégiques propose des solutions pour sortir de la crise

L'Institut Tunisien des Etudes Stratégiques (ITES) propose des solutions "d'urgence" pour sortir de la crise qui a mené à la grève générale dans la fonction publique et du secteur public du 17 janvier 2019.

Il suggère, parmi les principales solutions, la restructuration du marché de gros et l'amélioration de la situation de l'intermédiaire au sein de ce marché "pour qu'il accède au statut de commerçant de gros". D'après l'Institut, il faut renforcer aussi le rôle des groupements professionnels dans la régulation des prix et mieux coordonner entre les ministère de l'Agriculture et du commerce pour "trouver l'équilibre entre l'offre et la demande" et imposer au commerce de détail un plafond de bénéfices ne dépassant pas 20%.

"Il est également nécessaire d'augmenter la production et la productivité et de lier l'augmentation des salaires aux gains de productivité", préconise l'ITES. Il propose également l'identification de mécanismes d'incitation à l'utilisation des cartes bancaires pour les transactions financières pour lutter contre le marché parallèle.

L'ITES estime, par ailleurs, que les entreprises industrielles exerçant la même activité devraient s'organiser dans des consortiums pour renforcer leurs compétences en matière d'innovation technologique et réduire l'importation.

En Tunisie, le taux d'inflation a atteint 7,4%, 60% des ménages tunisiens sont endettés et 47% des fonctionnaires dépensent leurs salaires avant la fin de la première quinzaine de chaque mois, sachant que 54% des impôts au profit du budget de l'Etat sont prélevés des rémunérations des salariés, selon l'ITES.

Il considère que la hausse des prix et la détérioration du pouvoir d'achat du citoyen, sont deux parmi les raisons principales de la crise socio-économique qui "ne cesse de s'aggraver" dans le pays.