Publié le 18 Mar 2019, à 16:23

Les travaux de réalisation des quais 8 et 9 du port de Radès démarreront, au plus tard, en juin ou juillet 2019

Les travaux de réalisation des quais 8 et 9 du port de Radès démarreront, au plus tard, en juin ou juillet 2019, a indiqué, lundi 18 mars, le directeur général de l’Office de la marine marchande et des ports (OMMP), Sami Battikh.

Et d’expliquer, dans une déclaration à l’agence TAP, en marge de la 40ème session du Conseil de l’Union des Administrations Portuaires de l’Afrique du Nord, que ” le démarrage des travaux d’extension du port de Radès était prévu pour le mois d’avril 2019, mais suite à un premier appel d’offres infructueux, un deuxième appel d’offres a été lancé”.

Il a, par ailleurs, souligné l’importance des deux quais 8 et 9, tant attendus par les opérateurs économiques, dans le renforcement de l’efficacité commerciale du port de Radès.

Il a fait savoir que les deux quais en question permettront d’augmenter le rendement du port de Radès de 7/8 conteneurs/heure actuellement à 50 conteneurs/heure, à travers la modernisation des équipements.

Le responsable a, en outre, indiqué que les travaux relatifs à l’infrastructure seront réalisés par l’Etat, alors que l’exploitation des nouveaux quais sera assurée dans le cadre du partenariat public-privé.

Battikh a également évoqué l’évolution des activités de l’import et de l’export des marchandises à travers les ports tunisiens durant l’année écoulée, pour atteindre 30,7 millions de tonnes, soit une augmentation de 7% par rapport à 2017. Cette évolution a marqué tous les ports, à l’exception de celui de Radès.

Il a affirmé que l’OMMP a engagé des travaux d’amélioration des infrastructures portuaires des ports commerciaux dans l’objectif d’atteindre une capacité annuelle de traitement de 600 mille conteneurs (20 pieds).

L’OMMP envisage toujours selon son responsable d’augmenter, de 50%, le volume d’exportation des matériaux durs à l’instar du ciment, faisant remarquer que le potentiel d’export de cette matière s’élève à 4 millions de tonnes par an, alors que seulement un million de tonnes ont été exportées en 2018.

Battikh a aussi exprimé la volonté de l’Office de retrouver le rythme d’exportation des matières chimiques et des dérivés du phosphate dans les ports de Gabès et Sfax. “En 2018, les exportations de ces matières ont atteint 30% seulement de notre potentiel en la matière”.