Publié le 25 Apr 2019, à 15:39

Une force sécuritaire se rend au siège de la chaîne « Nessma TV » pour appliquer une décision de saisie de son matériel

Une force sécuritaire s’est rendue jeudi au siège de la chaîne « Nessma TV » pour appliquer une décision de saisie de son matériel, émise par la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA).

Plusieurs citoyens venus soutenir la chaîne se sont rassemblés devant l’entrée principale de l’établissement au milieu d’un dispositif de sécurité musclé.

Selon Oussama Khélifi représentant de Nessma TV, le personnel de la chaîne a été surpris de voir des journalistes interdits par la police de rejoindre leurs postes, démentant avoir été informé de cette mobilisation « surprise ».

Le représentant de la chaîne a accusé la présidence du gouvernement d’être à l’origine de cette procédure, dénonçant une volonté de restreindre la liberté d’expression.

Plusieurs citoyens ont scandé des slogans hostiles au gouvernement, exprimant leur pleine solidarité avec la chaine de télévision.

Pour sa part, Radhia Saâdi, membre de l’autorité de régulation audiovisuelle (HAICA), a indiqué que la décision de saisie du matériel de diffusion a été prise après avoir usé de tous les moyens légaux, citant à ce propos, les avertissements et les amendes.

« La décision intervient en application de l’article 31 du décret-loi 116 relatif à la liberté de la communication audiovisuelle et portant création de la Haica », a –t-elle précisé.

Cet article dispose qu’en cas d’exercice des activités de diffusion sans licence, « la HAICA inflige des amendes allant de vingt mille dinars à cinquante mille dinars et elle peut ordonner la confiscation des équipements utilisés dans l’accomplissement de ces activités ».