Publié le 18 Oct 2019, à 14:41

L’Organisation Tunisienne Des Jeunes Médecins porte plainte pour rendre justice à un étudiant renvoyé

Le président de l’Organisation Tunisienne Des Jeunes Médecins, Jed Henchiri a fait savoir, vendredi, que l’organisation a porté plainte auprès du tribunal administratif contre de la direction de la faculté de médecine de Tunis qui a décidé d’exclure un étudiant pour une période de quatre mois sans que l’Université de Tunis Al-Manar ait publié une décision officielle à ce sujet.

Le président de l’organisation est revenu, dans une déclaration à la TAP, sur le vice de procédure relevé dans cette affaire dans la mesure où les décisions de renvoi doivent être annoncées par l’université de Tunis Al-Manar étant donné que la faculté de médecine de Tunis en relève.

Henchiri a indiqué que l’organisation tunisienne des jeunes médecins attend la décision du tribunal administratif concernant la plainte qu’elle a déposée pour permettre à l’étudiant de poursuivre ses études, faisant savoir que le jugement dans cette affaire n’a pas encore été prononcé parce que la direction de la faculté a tardé à communiquer les motifs du renvoi de l’étudiant au tribunal administratif.

Le président de l’organisation a annoncé qu’une grève de trois jours sera observée en novembre prochain par les étudiants de la faculté de médecine et les médecins résidents et internes des hôpitaux universitaires pour dénoncer “l’injustice” infligée à leur collègue.

Il a rappelé que la décision du conseil de discipline de la faculté de médecine prise en septembre 2019 accuse l’étudiant d’avoir violé l’obligation de réserve après avoir publié un statut sur le réseau social Facebook dans lequel il avait critiqué la défaillance de climatisation dans la salle de révision. Henchiri a estimé que cette sanction porte atteinte à la liberté d’expression et vise à intimider les étudiants.

L’étudiant sanctionné, Wajih Dhakkar inscrit en quatrième année à la faculté de médecine avait auparavant déclaré à la TAP que la publication en question a été faite durant la période des examens en juin 2019 sur une page Facebook fermée et réservée aux étudiants. Il a indiqué avoir soulevé le problème de la fermeture de la bibliothèque pendant quatre jours et l’absence de climatisation et de connexion Internet ce qui a affecté le bon déroulement de la révision.

Il avait ajouté que le doyen de la faculté de médecine a décidé de le renvoyer devant le conseil de discipline pour “non respect de l’obligation de réserve, calomnie et diffamation”, le privant de son droit aux études et induisant son redoublement automatique sans qu’il ait reçu la décision de renvoi.

Il a, également, indiqué qu’il a été privé des documents nécessaires au parachèvement de son dossier judiciaire.