Publié le 29 Nov 2019, à 16:29

Le chef du gouvernement désigné s'entretient avec le dirigeant d'Ennahdha Abdellatif Mekki

Le dirigeant du mouvement Ennahdha et ancien député à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) Abdellatif Mekki a estimé vendredi que le chef du gouvernement désigné “doit interagir avec Ennahdha quand elle s’engage à faire quelque chose, ainsi qu’avec les partis lui garantissant un appui populaire”.

Abdellatif Mekki s’exprimait à l’issue de son entretien ce vendredi avec le chef du gouvernement désigné Habib Jemli au Palais Dar Dhiafa à Carthage.

Pour lui, la majorité considère que le parti Qalb Tounes doit écarter toute suspicion le visant et se soumettre à la justice. Les partis mis en examen pour corruption doivent se retirer de la scène publique jusqu’à ce que leur situation soit réglée, a-t-il soutenu.

Répondant à une question sur la démission de Zied Laadhari de son poste de secrétaire général d’Ennahdha, Abdellatif Mekki a admis qu’à l’intérieur du mouvement les points de vue diffèrent. Il a toutefois rappelé que le Conseil de la Choura a approuvé par un vote majoritaire, le chef du gouvernement désigné.

La décision de Zied Laadhari n’engage que sa personne, a-t-il dit.

Zied Laadhari, député et ancien ministre a annoncé jeudi sur son compte Facebook sa démission du secrétariat général d’Ennahdha et du bureau exécutif du parti.

Il a fait part de la décision de renoncer à toutes ses responsabilités au sein d’Ennahdha et indiqué avoir demandé, en début de semaine, au président du mouvement, Rached Ghannouchi, d’accepter sa demande de démission.

Il a aussi affirmé qu’il n’était pas intéressé “par aucun poste dans la direction du parti, le bloc parlementaire ou n’importe quelle responsabilité dans le prochain gouvernement”.