Publié le 17 Jan 2020, à 17:15

L'Artisanat tunisien fait appel au numérique pour booster l'exportation sur l'Europe

L'association Be Tounsi, un collectif qui promeut l'artisanat tunisien et Digitalism, une boite de communication privée, sont en train de développer une plateforme aidant les artisans tunisiens à conquérir les marchés européens.

Ce projet baptisé "boosting du secteur artisanal à travers une plateforme e-commerce sur l’Union Européenne", a été présenté, vendredi, aux éventuels bénéficiaires, lors d'une journée d'information, co-organisée par Be-Tounsi et Tasdir+, un programme de promotion des exportations tunisiennes, géré par le CEPEX.

"L'objectif de ce projet est de promouvoir l’artisanat tunisien, en exploitant l'outil numérique, à l’intérieur et à l’extérieur du pays, diversifier les marchés d’exportation et faire connaître au mieux nos produits artisanaux sur une large échelle", a déclaré, la présidente de l’association Be Tounsi, Faten Abdelkefi.

A travers la conception d’une plateforme informatique, les artisans tunisiens pourraient, selon le président de Digitalisman, Laurent Hanout, commercialiser facilement leurs produits grâce à un travail de webmarketing, en toute sécurité (transport groupé à l’étranger, livraison à domicile, préparation de commande…).

La plateforme, basée sur un modèle de vente directe du producteur au consommateur, loin de toute intermédiation garantit ne marge de bénéfice respectable aux professionnels du secteur, rassure le responsable, faisant remarquer que les produits artisanaux tunisiens se vendent en Europe à un prix exorbitant, qui peut atteindre 20 fois leur prix initial.

En effet, le projet de Be Tounsi s’inscrit dans le cadre des actions transversales, initiés par le projet Tasdir+, dont les actions sont cofinancées par la Banque Mondiale, à hauteur de 15 millions d’euros.

"Les actions transversales sont le nouveau produit de Tasdir+, dont l’objectif principal est d’aider soit une filière, pour développer l’exportation à l’international, tel est le cas de l'actuel projet d’artisanat, ou d’apporter un appui à un ensemble de sociétés qui ont le même besoin d'exportation", explique Eya Tebourski Manai, consultante chargée des actions transversales Tasdir+.

La finalité, d’après elle, est de concevoir un travail collaboratif, où tous les opérateurs (prestataires de services, professionnels…) travaillent en harmonie pour conquérir le même marché.

Plusieurs actions ont été lancées, dans ce cadre, notamment dans les filières de textile, de bâtiment, d’informatique.

Une fois approuvé par un comité de pilotage, chaque action transversale bénéficie d’un financement, à hauteur de 70% du coût global de lancement.