Publié le 14 May 2018, à 20:31

Lancement en octobre 2018 d’une application Blockchain, pour la légalisation des diplômes

Un prototype d’application utilisant la solution Blockchain, pour l' «Etablissement et la légalisation des diplômes universitaires», sera mis à la disposition du ministère de l'enseignement supérieur en Tunisie au mois d’octobre 2018, a annoncé Habib Bouchrara directeur général de la société HBNB Services, spécialisée dans la sécurité des données et des échanges sécurisés.

La Blockchain qui est "la plus grande révolution technologique depuis internet", est un système informatique qui permet d’échanger des informations et documents importants (certificats, diplômes, titre de propriété…), de les sauvegarder et de les distribuer à d’autres utilisateurs des réseaux. Cette technologie instaure la confiance en évitant de recourir à un intermédiaire en la matière (avocat, notaire, banque, assurance et poste…), réduit les procédures administratives, augmente la transparence, et garantie la sécurité, dans la mesure ou toutes les données sont réparties sur plusieurs personnes.

« Cette solution sera bénéfique pour le citoyen, lequel sera en mesure de valider son diplôme vis-à-vis d'une institution étrangère dans quelques minutes », a expliqué Bouchrara en marge d’un workshop sur les opportunités en matière d'e-administration ? tenu dans le cadre du sommet de l’Africa Blockchain.

L’application, qui nécessite l'intervention de plusieurs acteurs (universités, institutions publiques et privées ainsi que le ministère de tutelle) est actuellement, en phase de conception de l’architecture logicielle. Elle sera lancée l’année prochaine, si le prototype est accepté, a ajouté le responsable de la société HNBN Services, qui développe ce projet .

« Actuellement nous sommes en discussion avec le ministère de l’Enseignement supérieur, étant donné qu’il y a beaucoup d’enjeux à prendre en considération, en termes d’organisation et de changement du monde de travail », a-t-il dit, notant que l’utilisation de la technologie blockchain, concerne de près les emplois des individus, "d’où la nécessité de les préparer à s’adapter aux changements qui seront introduits aux niveaux de leurs postes de travail et à évoluer, en les amenant à utiliser ces solutions, bien entendu il y a des personnes qui sont favorables au changement et pourront en tirer profit et d’autres, qui seront plus réticentes ».

Bouchrara a précisé que la réalisation de cette application a fait l’objet d’une demande de sécurisation et de facilité de légalisation des documents de l’enseignement supérieur pour permettre aux jeunes de pouvoir continuer leurs études à l’étranger.

La solution blockchain est confrontée à des difficultés dont la plus importante n’est pas liée à la technologie, mais à l’absence des ressources humaines spécialisées en raison de l'absence d’une véraitable formation dans ce domaine, car pour chaque type de métier il y a une blockchain particulière d’où l’importance pour les ingénieurs tunisiens de maitriser ce domaine.