Publié le 24 Mar 2020, à 17:18

Des médecins tunisiens entament des essais cliniques avec usage de la Chloroquine pour traiter les patients porteurs du virus

Des médecins tunisiens ont entamé l’usage de la chloroquine, traitement antipaludique, en association avec d’autres médicaments dans le cadre d’essais cliniques visant à traiter des sujets contaminés par le Covid-19, a annoncé, mardi à la TAP, le directeur général des soins de santé de base, Chokri Hammouda.

Dans une déclaration à la TAP, Hammouda a indiqué que ces essais sont menés par un groupe de scientifiques et de chercheurs en Tunisie en coordination avec le Laboratoire national de contrôle des médicaments (LNCM), le Centre national de pharmacovigilance et l’Instance nationale de l’évaluation et de l’accréditation en santé (INEAS), soulignant que la direction des soins de santé de base » a fait l’acquisition de quantités suffisantes de Chloroquine, grâce au soutien de la Pharmacie centrale et de la Banque Centrale « .

Hammouda avait dans des déclarations précédentes a la TAP, souligné que l’administration de la Chloroquine, médicament initialement réservé au traitement du paludisme, ne doit s’effectuer que sur ordonnance médicale délivrée par des médecins spécialistes parmi les participants aux essais cliniques, notant que les praticiens non spécialistes ne sont pas en mesure de prescrire ce médicament, dans un souci d’éviter d’éventuels effets secondaires.

Le démarrage des essais cliniques avec usage de la Chloroquine, intervient quelques jours après la décision du ministre de la Santé, Abdellatif Mekki, d’utiliser ce médicament pour traiter des patients porteurs du virus.

Mekki avait dans ce contexte indiqué que les départements ministériels de la Sante et de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ont alloué des fonds d’une valeur de 2.5 millions de dinars pour financer des études et recherches portant sur l’usage de la Chloroquine dans le traitement des patients atteints par le Coronavirus.