Publié le 03 Dec 2019, à 19:41

ARP : Les députés critiquent l’absence de précision et de transparence dans le projet de LFC 2019

Nombre de députés de l’ARP ont considéré, mardi, que le projet de Loi de Finances complémentaire pour l’année 2019, manque de transparence en ce qui concerne l’endettement et le niveau du déficit budgétaire, soulignant le caractère flou de ses hypothèses relatives au taux de change et au prix du baril du pétrole.

Lors d’une plénière consacrée mardi, à la discussion de ce projet, la députée du mouvement Ennahdha, Hayet Amri a estimé que ” le projet de LFC 2019 comporte plusieurs défaillances, surtout que les conditions étaient favorables à une relance économique, en raison de l’amélioration des rendements des secteurs touristique et agricole et la reprise du dinar “.

Et d’ajouter “on n’a même pas réalisé le tiers de ce qui a été programmé pour 2019, sans parler du taux de déficit avancé qui cache une certaine manipulation des chiffres, si ce n’est une fraude”.

Elle a qualifié de “fictifs, certains projets programmés étant donné l’absence de budgets qui leur sont alloués, dans le projet de LFC 2019 “.

Réagissant à ces propos, le député du Courant démocratique, Mohamed Ammar a critiqué ” les interventions des anciens députés appartenant aux partis au pouvoir”, appelant “les anciens gouvernements à assumer leur responsabilité politique et morale du moins pour les cinq dernières années “.

De son côté, Ridha Jaouadi, député de la Coalition de la dignité a exprimé des doutes quant aux indicateurs économiques présentés par le gouvernement dans les projets des budgets de l’Etat (déficit et endettement), proposant l’amélioration des méthodes d’examen de ces budgets, en désignant un expert comptable par chaque bloc parlementaire pour contrôler l’élaboration et l’exécution des budgets.

Pour sa part, la députée du PDL Abir Moussi, a estimé que ” le recours aux LFC témoigne de l’incapacité de l’Etat à anticiper “, dénonçant l’absence de transparence dans l’exécution des budgets et des projets décidés en faveur des régions.

Intervenant, le député d’Ennahdha, Said Ferjani a souligné que ” plusieurs dispositions fiscales n’encouragent pas l’investissement “, critiquant “la réticence du ministère des Finances à communiquer les données précises et actualisées à la commission des Finances de l’ARP “.

Le député du parti Errahma, Mouadh Ben Dhiaf a épinglé ” l’absence d’une vision claire dans la gestion des Finances publiques, ce qui a favorisé la détérioration des infrastructures, principale cause de l’accident de Amdoun (Béja), ayant fait 27 morts et plusieurs blessés, soulignant la nécessité d’engager des réformes radicales pour créer de la richesse au lieu de recourir à l’endettement.