Publié le 12 Jan 2018, à 10:36

Le Front populaire réclame la libération de ses militants arrêtés

Le Font populaire (FP) a réclamé, jeudi, la libération de ses militants, arrêtés, dans la foulée des troubles sociaux à travers le pays et la suspension des poursuites judicaires à leur encontre.

” Les autorités doivent cesser d’instrumentaliser la Justice et les forces de l’ordre à des fins de règlement de comptes politiques “, a plaidé le Front dans un communiqué.

Il a dénoncé la campagne d’arrestation ” arbitraire ” qui a visé ses partisans dans plusieurs régions du pays notamment à El-Guettar, Mahdia et El-Kabaria, mettant en garde contre un retour des méthodes ” brutales ” du passé.

” Les autorités veulent convaincre l’opinion publique que le Front populaire est bien derrière les actes de saccage et de pillage “, a indiqué le Front, en accusant le gouvernement de complicité avec les réseaux de corruption et du crime lors d’actes de violence liées aux protestations.

Par ailleurs, le Front a exhorté toutes les forces démocratiques de la nation particulièrement les avocats à faire face à cette campagne de ” dénigrement ” qui vise la coalition et ses partisans, appelant à contribuer, de manière significative, à la réussite du mouvement de colère qui aura lieu, dimanche 14 janvier courant.

Sur un autre plan, le Front populaire a demandé aux jeunes de ne pas protester pendant la nuit pour préserver les biens publics et privées et donner prétexte au gouvernement pour incriminer les revendications ” légitimes ” du peuple.