Publié le 10 May 2018, à 18:57

La CPG compte produire 5 millions de tonnes de phosphate à la fin de 2018

En cas de poursuite de la trêve sociale dans le bassin minier, la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) compte produire 5 millions de tonnes de phosphate à la fin de 2018, a déclaré Rafaa Nsib, directeur central de la production à la CPG.

Dans une interview, accordée à TAP, le responsable a ajouté que l’objectif était d’atteindre un seuil de production de 6 millions 500 mille tonnes de phosphate,”mais le déclenchement, depuis janvier 2018, des sit-in et leur poursuite jusqu’au début du mois de mars de la même année, a engendré le blocage total de l’activité de maintenance et nous a empêché d’atteindre cet objectif“, a-t-il regretté.

Et d’ajouter que la CPG n’a pas de problèmes ” sociaux ” avec ses agents ou avec les syndicats relevant de l’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail). Le travail a été bloqué à cause des sit-in qui se sont déclenchés au bassin minier et ont causé l’arrêt total de la production et le transport du phosphate, a-t-il encore fait savoir.

Depuis le début de l’année 2018 jusqu’à la fin du mois d’avril, la CPG n’a produit que 850 mille tonnes de phosphate, soit moins de la moitié de la production enregistrée, au cours de la même période de 2010, en l’occurrence 2 millions de tonnes.

Le directeur central de la CPG a rappelé que le phosphate tunisien fait face à une concurrence ” féroce ” sur les marchés mondiaux, évoquant, notamment, le phosphate marocain beaucoup plus facile à extraire par rapport au phosphate tunisien.

Toutefois, le phosphate tunisien possède beaucoup plus de réactivité par rapport au phosphate marocain, précise encore le responsable, ajoutant que cet avantage renforce la capacité de transformation du phosphate tunisien à moindre coût.

La CPG est en plein préparatifs pour étendre les activités d’extraction par l’exploitation de nouvelles mines à ciel ouvert, comme celles respectivement d’Oum Lakcheb (Métlaoui) et Nefta/ Tozeur. La capacité de production de ces deux mines devrait atteindre environ 5 millions de tonnes par an de phosphate commercial à l’horizon 2025, a encore indiqué Nsib.