Publié le 14 May 2018, à 22:19

Jelma (Sidi Bouzid) : Poursuite des protestations, des dizaines de blessés dans les rangs des forces de sécurité et des manifestants

Les protestations se sont poursuivies, lundi soir après avoir éclaté dans la matinée à Jelma (gouvernorat de Sidi Bouzid), sur fond de rejet par la population de Souabia (à l'entrée sud de la délégation de Jelma) de l’utilisation de la force pour le raccordement du nouveau puits au réseau de la SONEDE (Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux).

Les manifestations ont fait 10 blessés parmi les forces de sécurité et 3 blessés parmi les manifestants, dont un grièvement atteint et transféré à l'hôpital Sahloul de Sousse, selon l'agence TAP de source sécuritaire et hospitalière à Sidi Bouzid.

Des dizaines de jeunes ont été également arrêtés.

Par ailleurs, suite à l'usage de gaz lacrymogènes contre les élèves du lycée de Jelma, « l'agression contre le directeur du lycée et des enseignants » ainsi que l'interruption des examens du bac blanc, la section de l'enseignement secondaire relevant de l'union régionale du travail, a adressé un télégramme ou elle « fustige vigoureusement l'usage excessif de la force par les unités de sécurité et l'atteinte contre l'intégrité de l'établissement éducatif ainsi que le cadre enseignant ».

L’Union locale du travail a décrété par ailleurs une grève générale, pour mardi 15 mai 2018, en protestation contre « l’usage excessif de la force » et le refus du dialogue par le gouverneur de Sidi Bouzid, indique un communiqué de l’ULT.

Les tensions ont éclaté, lundi matin, un peu partout dans la délégation de Jelma, après l’intervention des forces de l’ordre pour assurer le raccordement du nouveau puits de Souabia au réseau de la SONEDE.

De son côté, le ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche a appelé lundi les habitants de la région d’Eswaibia de la délégation de Jelma (Sidi Bouzid) à soutenir les efforts de la SONEDE visant à parachever le raccordement du puits « Jelma 9 » au réseau de la SONEDE, bloqué depuis 2014, en raison du refus des habitants de la région.

Ce puits permettra « de garantir l’approvisionnement des habitants des délégations de Sidi Bouzid ouest, Sidi Bouzid est, Jelma, Ouled Haffouz et les zones avoisinantes et éviter les difficultés enregistrées dans l’approvisionnement en eau potable durant les dernières années », a précisé le ministère dans un communiqué.

L’armée est intervenue pour sécuriser les administrations, à l’instar de la Poste et des Recettes des finances.

Depuis sa création en 2014, le puits est bloqué par les habitants de Jelma qui exigent, au préalable, la satisfaction de leurs revendications dont une partie des bénéfices de l'exploitation du puits, des emplois au sein de la SONEDE et l’octroi de terres agricoles domaniales.

Le puits est doté d'un débit de 60 l/s. Il devra bénéficier à plus de 60 mille habitants dans cinq délégations du gouvernorat (Jelma, Sidi Bouzid-est et ouest, Ouled Haffouz, Saida), ainsi qu'à la zone industrielle de Om Adham.