Publié le 08 Feb 2019, à 18:01

Ennahdha met en garde contre l'instrumentalisation de l'affaire de "l'école coranique à Regueb"

Le mouvement Ennahdha a mis en garde, vendredi, contre l’instrumentalisation par certains de l’affaire de ” l’école coranique ” de Regueb (Sidi Bouzid) pour attiser de nouveau les combats idéologiques et identitaires et régler des comptes politiques.

Dans une déclaration publiée à l’issue d’une réunion de son bureau politique, Ennahdha condamne les agressions sur un groupe d’enfants de ” l’école coranique “de Regueb et affirme soutenir les initiatives gouvernementales visant à protéger les jeunes générations.

Le parti a, dans ce contexte, appelé à fournir à ces enfants la prise en charge psychologique nécessaire à leur réinsertion dans les établissements éducatifs.

S’agissant des élections relatives au renouvellement des bureaux locaux du mouvement, prévues à la mi-février, Ennahdha a appelé à une participation massive aux congrès locaux afin “d’enrichir les débats et présenter des propositions du parti concernant les questions locales, régionales et nationales”.

Le parti s’est, par ailleurs, félicité de l’accord signé entre le gouvernement et l’Union générale tunisienne de travail sur l’augmentation des salaires des agents de la fonction publique ainsi que de l’annulation de la grève prévue dans la fonction publique et le secteur public.

Sur un autre plan, le parti a rendu hommage à la mémoire des Tunisiens et Algériens, tombés en martyrs dans les événements de Sakiet Sidi Youssef (Le Kef) le 8 février 1958.

La situation générale du pays et les développements observés sur la scène politique et sociale ont été aussi à l’ordre du jour de la réunion du bureau exécutif.