Publié le 09 Aug 2018, à 09:46

Ennahdha : Ghannouchi a dévoilé au président de la république la position de son parti sur le rapport de la Colibe

Ennahdha a dévoilé au président de la république Beji Caid Essebsi sa position sur le projet de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE) rendu public le 12 juin dernier, dans un message remis par le leader du mouvement Rached Ghannouchi vendredi au chef de l’Etat, indique Ennahdha dans une déclaration publiée mercredi au terme de la réunion mardi de son bureau exécutif.

Le rapport de la COLIBE réclame, notamment, l’égalité dans l’héritage, l’annulation de l’obligation de la dot dans le mariage et le délai de viduité, ainsi que l’égalité dans l’attribution de la nationalité et le choix du nom de famille, l’abrogation de la peine de mort et l’incrimination de l’incitation au suicide.

Ennahdha n’a pas fait état de sa position dans cette déclaration, se contentant d’indiquer que “Le président du mouvement a pris connaissance de l’approche du président de la république sur les questions relatives à l’héritage, aux libertés personnelles et sur les questions qui seront tranchées à court terme et celles qui sont sujettes à débat”.

Le président de la république avait reçu le 8 juin dernier à Carthage le rapport finale de Colibe qui porte selon sa présidente Bochra Belhaj Hmida sur “des réformes et des suggestions sur (le renforcement) des libertés individuelles conformément aux dispositions de la constitution de janvier 2014, les normes internationales des droits de l’homme et les orientations modernistes en matière de liberté et d’égalité”.

Elle a souhaité que ce rapport “soit un point de départ d’un débat sociétal sérieux sur les propositions et les idées initiées par la commission (composée de 9 membres) pour renforcer les libertés individuelles et accomplir l’égalité entre citoyens”.

Le rapport a suscité une grande polémique et des réactions mitigées entre ceux qui ont approuvé son contenu et ceux qui l’ont fustigé allant même jusqu’à accuser les membres de la Commission, et en particulier sa présidente Bochra Belhaj Hmida, d’hérésie.

D’autre part, le mouvement Ennahdha a indiqué que son président a passé en revue devant le bureau politique la teneur de son entretien avec le chef de l’Etat “qui a porté sur la situation générale dans le pays au plan économique, social et politique”. La présidence de la république n’a pas annoncé la tenue de cette entrevue.

Rached Ghannouchi a “mis l’accent sur l’importance du consensus pour résoudre les problèmes à présent et à l’avenir, comme se fut auparavant et qui a fait l’exception tunisienne”, ajoute la déclaration.

Parmi les autres questions examinées par le bureau politique figure “un projet du mouvement sur le pouvoir local”. “Un programme réaliste sur les engagements tenus des échéances électorales du mouvement et la mise en place de moyens aidant à atténuer les difficultés auxquelles font face les citoyens et reflétant l’approche participative auquel le code des collectivités locales accorde une grande importance a été mis au point lors de cette réunion”, indique-t-on de même source.