151152895723261
datePublié le 14 novembre 2017

Des partis politiques dénoncent la décision “unilatérale” de réintégrer l’UPL dans la sphère du pouvoir

  • Des partis politiques ont dénoncé mardi, la décision “unilatérale” des mouvements Ennahdha et Nidaa Tounes de réintégrer le parti de l’Union patriotique libre (UPL) dans la sphère du pouvoir en dépit des poursuites judiciaires dont son président fait l’objet pour suspicion de corruption.

    Dans une déclaration commune, les signataires estiment que le compromis trouvé entre Ennahdha, Nidaa Tounes et l’UPL sur le candidat à la présidence de l’instance électorale (ISIE) est de nature à porter atteinte à l’indépendance de l’instance et entamer la confiance dont elle jouit auprès des Tunisiens.

    Les signataires, parmi lesquels figurent des partis signataires du Document de Carthage, appellent à un large consensus entre tous les groupes parlementaires autour du nouveau président de l’ISIE. Ils ont mis l’accent sur le souci d’organiser les élections dans les plus proches délais.

    Machrou Tounes, le parti de l’Avenir, Afek Tounes, Al Moubadara, le parti du travail patriotique et démocratique, Al Joumhouri, Al Massar, la Tunisie D’abord, Al Badil-Ettounsi et le parti de l’édification démocratique ont signé la déclaration.

    Le retour de l’UPL au Document de Carthage a été annoncé mardi au cours d’une réunion de concertation avec Ennahdha et Nidaa Tounes.

    Il a été convenu, également, la formation d’une commission technique représentant les trois partis pour discuter de certains projets de loi qui ne font pas l’unanimité, à l’instar du projet de la loi de finances 2018, et trouver un consensus au sein du parlement sur le candidat à la présidence de l’ISIE.