Parti des travailleurs tunisiens

  • parti-des-travailleurs-tunisiens
  • Président: Hamma Hammami
  • Nombre de député: 3
  • Positionnement: Communisme, marxisme-léninisme
  • Création: 3 janvier 1986
Le Parti des travailleurs tunisiens, anciennement Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT) (حزب العمال الشيوعي التونسي) est un parti politique tunisien d'extrême gauche qui, longtemps interdit, est finalement légalisé par décision du gouvernement d'union nationale le 18 mars 20111.

Il est fondé le 3 janvier 1986 et possède une organisation de jeunesse "l'Union de la jeunesse communiste de Tunisie" (UJCT) ainsi qu'un journal "Al Badil".

Étant clandestin car non reconnu par le pouvoir en place, il ne peut légalement exercer ses activités; Amnesty International rapporte en 1998 le cas de cinq étudiants condamnés à quatre ans de prison pour appartenance au PCOT à la suite de manifestations étudiantes.

Sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali, le PCOT est membre de la coalition du 18-Octobre aux côtés du Parti démocrate progressiste, du Forum démocratique pour le travail et les libertés et de certains islamistes.

Le porte-parole du parti et directeur de son journal est Hamma Hammami ; il devient secrétaire général au terme du congrès de juillet 20112.

Le 10 juillet 2012, Hamma Hammami annonce une nouvelle dénomination pour le PCOT qui devient le Parti des travailleurs tunisiens. Le 7 octobre, le PTT participe à la fondation du Front populaire.

Lors de l'élection de l'assemblée constituante le 23 octobre 2011, qui fait suite au renversement du régime de Ben Ali, le PCOT obtient trois des 217 sièges. Il s'est présenté dans toutes les circonscriptions électorales, à l'exception de celle du monde arabe; ses listes portaient le nom d'« Alternative révolutionnaire », sauf à Gafsa (Orientation révolutionnaire), en Italie et aux Amériques (Voie révolutionnaire).

Source: Wikipédia

Membres